Chroniques d'une Expat', Entrepreneuriat, Non classé

Histoire d’une Expat’ en Corée du Sud (EP.3)

 Ce troisième épisode est spécial, car je ne vais pas seulement partager avec vous mon expérience de l’entreprenariat en Corée du Sud, mais également vous faire découvrir, la façon dont deux amies, également expatriées, vivent leur aventure entrepreneuriale « Au Pays du Matin Calme ».  Aujourd’hui, vous allez découvrir la suite de mes aventures, suivi la semaine suivante de l’interview de Mina Pierre. Cette jeune haïtienne, fondatrice de la marque « Mode Idéale », commence à s’imposer comme une référence de la mode auprès de la jeunesse coréenne, ainsi que des femmes rondes expatriées. Enfin, pour conclure ce mois dédiée à l’entreprenariat à Séoul, savourez l’interview d’Isabelle Park, américaine et fondatrice d’ « Izzy’s Bakery », qui fait découvrir aux Coréens les plaisirs de la pâtisserie anglo-saxonne sans gluten.

 

En ce qui me concerne, les choses ont beaucoup évoluées depuis mon dernier article. En effet, après avoir quitté mon poste de responsable des évènements caritatifs au sein de mon association, je me suis lancée à corps perdu dans la création de ma nouvelle agence de conseil en image : « Just me, Image Consulting »

J’ai commencé par définir mon plan d’action et  adhérer à l’association des « Black Business Owners in Korea » (je sais, vous pensiez que ma famille et moi étions les seuls noirs en Corée mais non (lol)). Grâce à cette association, je me suis rendu compte que pour faire face aux difficultés de l’entreprenariat, la motivation et  la détermination ne suffisent pas ! Il faut également avoir de la chance et de l’instinct. En effet, la chance de rencontrer des personnes qui auront un réel impact sur  votre vie, et l’instinct pour les reconnaitre. Pour ma part, je dois dire que j’ai eu la chance de rencontrer trois d’entre elles.

Mon premier ange gardien s’appelle William, il est également membre de l’association « Black Business Owners in Korea ». Il m’a permis non seulement de créer mon nouveau site internet, mais m’accompagne également dans mes démarches concernant la création d’entreprise en Corée. Je dois dire que sans lui, je n’aurais pas pu développer mon projet. Aujourd’hui, grâce à son soutien, je propose non seulement mes services auprès des associations pour expatriés à Séoul, mais depuis peu, je travaille également avec des clientes à l’étranger via Skype.

La seconde personne à avoir joué un rôle important dans cette aventure, est Maria, cette cliente qui m’avait permis de comprendre pourquoi j’avais dû apprendre à nager parmi « les requins » (2ème épisode). Après notre cours de maquillage, elle a eu tellement de compliments, qu’elle a parlé de mon activité à la présidente de l’association franco-coréenne. Cette dernière m’a donc contactée, afin de me proposer d’animer une conférence sur les produits cosmétiques coréens. A ce moment précis, j’ai senti que je devais saisir cette opportunité pour me dépasser et sortir de ma zone de confort.  Je me suis donc lancé un challenge : trouver un sponsor qui financerait les produits que j’allais offrir aux participantes. Après de nombreux e-mails et appels téléphoniques sans réponse, je me suis demandée si ce challenge n’était pas impossible à réaliser.

Mais à quelques jours de la conférence, lors d’un salon sur la cosmétologie, j’ai rencontré mon troisième ange gardien, Néo, le CEO de l’entreprise de cosmétique « Eau claire ». Lorsque j’ai vu son stand avec un nom français, j’ai interprété cela comme un signe et j’ai foncé. Lui et son associé recherchaient des partenaires français afin d’introduire leurs produits au sein de notre communauté.  Après avoir échangé sur nos différents projets, nous  nous sommes donc donné rendez-vous la semaine suivante, au siège social de leur entreprise.

Le jour du rendez-vous , j’avais le cœur qui battait la chamade et le ventre qui me faisait aussi mal que lors de mes accouchements ! ( je vous assure que je n’exagère pas …) . Pour cause, nous étions à j-2 ! Je devais donc les convaincre de me sponsoriser !

A mon arrivée, cinq coréens m’attendaient : Néo, son associé et d’autres membres décisionnaires de l’entreprise. Pendant environ deux heures, ils m’ont posée des questions sur mon métier, le marché de la cosmétologie en France, pourquoi je voulais m’associer avec eux etc… J’ai alors pris mon inspiration, avalé autant d’air que je pouvais, commencé à répondre à leurs questions, et expliqué également mon projet avec mon meilleur anglais ! A la fin de l’entretien, ils m’ont proposée d’aller visiter l’usine de fabrication. Lorsque nous avons terminé notre visite, Néo m’a demandée quels types d’échantillons avais-je besoin.

CHALLENGE GAGNE !  Je suis repartie de cet entretien avec plus de produits que prévu et un autre rendez-vous pour approfondir ce projet de partenariat.

Je ne sais pas comment mon entreprise va évoluer, mais ce qui est certain, c’est que je vais continuer à me challenger et à faire évoluer cette « business woman » qui sommeille en moi !

En ce qui concerne la conférence, les participantes ont été ravi de découvrir leurs goodies.

sacs Just Me

 

Je commence maintenant une nouvelle aventure avec l’association Franco-Coréenne dont je vous parlerai dans un prochain épisode « d’une expat en Corée du Sud » !

Photo Justesse Ailes.png

Justesse Gomis

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s