Culture, Mode / Beauté, Nos portraits

Quand la beauté africaine devient une œuvre d’art

Eugène Ionesco a dit « l’œuvre d’art n’est pas le reflet […], mais elle est  l’image du monde ».  Assina Obela l’a bien compris et nous le prouve avec l’exposition « TAMPALI ».

A travers ses œuvres, elle nous dévoile sa vision de la femme africaine et de la femme noire. Assina Obela nous  raconte aussi par ses toiles  l’ensemble des mythes autours de la femme africaine, nous vous invitons donc à découvrir son univers.

1864_1114511528559941_6428959199299253607_n

Vous aurez l’occasion de contempler son univers artistique à l’événement Just Make Art #3 exposé à la Galerie Joseph au 116 rue du Turenne, 75003 Paris du 19 au 20 mars, où la talentueuse Assina Obela  expose ses œuvres qui rendent un hommage à la femme noire.

Baignée dans l’univers de la mode et de la beauté depuis 5 ans, la jeune modèle a commencé par fabriquer des accessoires  pour apporter un coté original à ses photos. « Je voulais avoir des images originales alors j’ai commencé à fabriquer ou assembler des accessoires type collier, bracelet, couronne de plume pour agrémenter mes oeuvres» dit-elle. La série TAMPALI exposée à l’événement JUST MAKE ART #3 est donc la synthèse entre ses créations d’accessoire et la femme mannequin qu’est Assina Obela.

Tous ses tableaux mettent en scène la vie quotidienne qui rendent mythique la femme noire.

L’exposition Tampali est une invitation au voyage, elle nous plonge vers ces histoires, ces mythes  que nos parents ou grands nous racontaient autours de la femme noire près d’un feu de bois. On y voit la sirène des eaux MAMI WATA connue dans plusieurs pays d’Afrique.

gd0GD8BaFwYr6WIzsm0uyjcQn2Hysk4aK6qXK0sKGzE

Une marchande de fruit, un clin d’œil à la Reine du Royaume TéKé du Congo  Ngalifourou, les dames aux calebasses sur la tête allant puiser de l’eau, etc.

12798992_1114511435226617_6435847690745458809_n                12801419_1114511535226607_9217510762959590361_n

Il y a également des histoires récentes comme celle de la sorcière Karaba du film animé Kirikou de Michel Ocelot.

10912964_840616115981472_1723576534_n

12802810_1114511531893274_5898965865592801347_n

Par cette exposition la jeune modèle a voulu  mettre en avant « la femme africaine et sa mythologie qui ne demande qu’à être explorée » confie-t-elle.  De plus, elle a voulu montrer son « savoir-faire dans la direction artistique et la création d’objet d’art »

Vous pouvez en être sûr, Assina Obela ne s’arrêtera pas là, elle continuera à montrer son talent et à mettre en avant notre culture à travers des œuvres d’art, d’ailleurs elle a pour projet une comédie musicale sur la période du 18eme siècle au Congo.

Nous lui souhaitons beaucoup de courage et une belle réussite.

« Je pense que le continent Africain a une richesse culturelle immense qui ne demande qu’à être connue » c’est la phrase que nous retiendrons  d’Assina Obela.

Eldaa Lany

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s